Les Murs noirs, parcours de vie des Jeunes Filles incurables d’Ainay

1 de couv _ Les Murs noirs Ce livre a reçu le 5 décembre 2016 à Paris le prix « mention spéciale » Handi-Livres
https://www.facebook.com/sylvie.callet
http://www.fondshs.fr/le-prix-handi-livres/laureats-prix-handi-livres-20164 de couv _ Les Murs noirs

Un livre de témoignages réalisé à partir d’entretiens menés auprès des ex « jeunes filles incurables » d’Ainay – Association Adélaïde Perrin

Lyon, quartier d’Ainay, première moitié du 20ème siècle. L’Établissement de Charité pour Jeunes Filles Incurables, créé dans les années 1820 par Mademoiselle Adélaïde Perrin dans le louable dessein de « recevoir, soulager et entretenir » les infirmes les plus démunies, abrite derrière sa masse imposante un univers bien mystérieux.
Qui sont ces fillettes ou ces adolescentes qui disparaissent sitôt refermée derrière elles la lourde porte en bois de l’édifice ? De quoi souffrent-elles ? Et surtout, quel sort connaitront-elles entre ces hauts murs noirs qui semblent les avoir avalées à jamais ?

Alice, Danielle, Gabrielle, Gisèle, Odette, Paulette, Renée et bien d’autres font partie de ces « jeunes filles incurables » internées dans cette institution alors qu’elles n’étaient encore que des enfants. Elles n’en sont depuis jamais parties, c’est le monde extérieur qui a changé : leur parole est aujourd’hui réhabilitée. Il y a quelques années, ces dames d’un âge respectable ont accepté de se confier lors d’ateliers mémoire mis en place par le directeur de l’Association. Sans pathos, avec un sens inné de l’humour, elles ont raconté leur vie de jeunes filles : leurs angoisses, leurs larmes, leurs détestations mais aussi leurs rires, leurs joies, leurs affinités. Leur parole a permis de retracer leur quotidien et de mesurer le chemin parcouru par la société : l’époque de leur enfance n’était pas tendre avec ceux et celles qu’elle nommait alors les « anormaux médicaux ».

« Les Murs noirs », publié aux éditions Les Presses du Midi en 2015 retrace la vie de femmes extraordinaires qui, malgré le handicap, malgré l’injustice, malgré la pauvreté, ont su trouver tout au long de leur existence la force de rebondir, de résister. Ensemble, elles ont développé des valeurs d’entraide, de solidarité, d’amitié. À celles qui se sont éteintes depuis peu, à celles qui continuent à goûter aux nombreuses distractions et activités qui leur sont désormais proposées, ce livre se veut un vibrant hommage.

Sylvie Callet – Interview radio-calade ici ou ici
Découvrez un extrait de ce livre sur histoires2femmes.canalblog.com